Thé avec Mussolini

 

Firenze

Dans ce film de 1999, la caméra zeffirellienne traque un groupe de femmes étrangères incrustées en sol toscan lors de la Seconde Guerre mondiale. Alors que leurs regards embrassent l’œuvre florentine depuis sa conception jusqu’à son exposition simultanée à l’exécution des suppliciés humains et que l’immobile statue de David invite les guerriers à un autre détour, un gamin abandonné par son père découvre auprès de ces femmes la beauté, le sens de l’existence et la distinction du bien et du mal.

« La guerre n’empêche pas les bonnes manières », de sorte que la dignité a toujours sa place à l’abri des influences, raconte Zeffirelli dans son film Thé avec Mussolini.

Déplorant la triste condition de Luca, le fils de son employeur, Mary l’adopte dans l’espoir de voir renaître la fibre paternelle envers le jeune garçon. Mary est membre d’une petite colonie d’étrangères, regroupées autour de la veuve d’un ambassadeur britannique en Italie. À travers ces femmes amoureuses de la beauté florentine, Luca découvre Shakespeare, Botticelli, Michelangelo, les bonnes manières, le sens de l’existence de même que la distinction du bien et du mal.

Firenze, arcade

Paroles remarquables

    Mary Wallace (Joan Plowright) au père de Luca
    Il n’y a pas d’enfants illégitimes : il ne peut y avoir que des parents illégitimes !
    Mary Wallace (Joan Plowright) à Luca enfant (Charlie Lucas)
    Ils sont avec moi, même s’ils ne sont plus là. L’amour ne meurt jamais.
    Arabella (Judi Dench) à Luca enfant (Charlie Lucas)
    Vivre comme ces grands artistes, c’est rendre hommage aux gestes du grand Démiurge !
    Arabella (Judi Dench) à Luca enfant (Charlie Lucas)
    Botticelli, Michelangelo… c’est la divination de la forme humaine !
    Mary Wallace (Joan Plowright) à Luca enfant (Charlie Lucas)
    L’amour vrai n’est pas vario. Il dure à jamais. C’est l’amour qui donne son sens à la vie.

San Gimignano

San Gimignano
Dans ce film de 1999, aux images éblouissantes de Florence, de San Gimignano et de Rome, Franco Zeffirelli, alors âgé de soixante-dix-sept ans, nous démontrait à travers le récit quasi authentique de sa propre histoire que l’art et le respect survivront inévitablement à toutes les crises, fussent-elles politiques ou guerrières.

Un jour pourtant, la guerre éclate et les étrangères sont exilées à San Gimignano, la città delle cento torri (la ville aux cent tours) où Luca, aidé d’une riche américaine (Cher), les soutient dans leur dure épreuve.


Paroles remarquables

    Mary Wallace (Joan Plowright) à Luca adulte (Baird Wallace)
    On est prêt à faire n’importe quoi pour les personnes qu’on aime.
    Mary Wallace (Joan Plowright)
    La jalousie est une morsure…
    Lady Hester (Maggie Smith)
    Je fais attendre la guerre ? C’est inconvenant. Pardon.
    Lady Hester (Maggie Smith) aux soldats
    La guerre n’empêche pas les bonnes manières ! Répétez après moi : « Good night, Ladies ».
    Lady Hester (Maggie Smith)
    Massacrer des vieilles femmes ! Ils vous donneront la croix de fer pour votre mérite !
    Lady Hester (Maggie Smith) à Elsa Morganthal (Cher)
    Vous êtes dans un état d’étrange abandon…
    Elsa Morganthal (Cher) à Lady Hester (Maggie Smith)
    Pourquoi m’aidez-vous ? Vous me haïssez si bien !
    Lady Hester (Maggie Smith) à Elsa Morganthal (Cher)
    Nous avons en commun une grande naïveté féminine : nous nous sommes fiées à des hommes qui se sont avérés être des pourritures !
    Elsa Morganthal (Cher) à Luca adulte (Baird Wallace)
    Si je n’avais pas été là pour toi, tu ne serais pas là maintenant !

     

    Lexique

    Franco Zeffirelli
    Enterrement de Santa Fina, par Domenico Ghirlandaio (1449-1494)
    Né en 1923, Gian Franco Zeffirelli Cours aurait aimé avoir un père qui l’aime et une mère vivante. Par contre, il a vu de près la beauté véhiculée par les arts. Il a fréquenté des êtres exceptionnels qui lui ont permis de cheminer dans l’univers cinématographique. Au-delà des mots, il a réalisé le film Thé avec Mussolini.

    Ci-contre, la fresque de Sante Fine qu’Arabella (Judi Dench) et Georgie Rockwell (Lily Tomlin) avaient décidé de restaurer dans le film.

    Crédits photographiques

    Image de Florence
    Photomontage basé sur photos de Sergey Ayukov. Son site web est en russe. Ses photos sont universellement belles !