Un poème d'Arthur Rimbaud présenté par origaNo

Rimbaud - Le mal

 

Le poème

Tandis que les crachats rouges de la mitraille
Sifflent tout le jour par l’infini du ciel bleu ;
Qu’écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,
Croulent les bataillons en masse dans le feu ;

Tandis qu’une folie épouvantable, broie
Et fait de cent milliers d’hommes un tas fumant ;
— Pauvres morts ! dans l’été, dans l’herbe, dans ta joie,
Nature ! ô toi qui fis ces hommes saintement !… —

— Il est un Dieu, qui rit aux nappes damassées
Des autels, à l’encens, aux grands calices d’or ;
Qui dans le bercement des hosannah s’endort,

Et se réveille, quand des mères, ramassées
Dans l’angoisse, et pleurant sous leur vieux bonnet noir
Lui donnent un gros sou lié dans leur mouchoir !

Le mal (Basé sur Douleur d'amour, 1899 par William-Adolphe Bouguereau)
 

Notes contextuelles

1870 fut une année charnière pour le jeune homme de seize ans

  • 24 mai — Lettre à Théodore de Banville, auteur et critique de journal, dans laquelle Rimbaud présenta trois de ses poèmes, dont sensation :
    « … Dans deux ans, dans un an peut-être, je serai à Paris. »
  • 19 juillet — Déclaration de guerre par la France à la Prusse.
  • 6 aoûtRimbaud remportait une fois de plus les premiers prix académiques (discours latin et français, vers latins, versions latine et grecque, enseignement religieux, récitation, excellence) de même qu’une distinction en histoire et en géographie.
  • 29 août — Fuguant vers Paris, Rimbaud fut arrêté et emprisonné pour avoir pris le train sans billet. Il fut délivré grâce à son professeur de rhétorique.
  • 4 septembre — Proclamation de la République à Paris.
  • 19 septembre — Début du siège de Paris.
  • DécembreRimbaud transmettait certaines de ses oeuvres à un journal des Ardennes sous le pseudonyme ‘Jean Baudry’.
  • 28 décembre — Paris était bombardé.

C’est au cours de cette année, riche en événements que Rimbaud écrivit son poème Le mal, paru dans Le Cahier de Douai. Le poème n’a rien perdu de son actualité…
 

Le cimetière de Saint-Privat en 1870 par Alphonse-Marie-Adolphe de Neuville

Le cimetière de Saint-Privat en 1870 par Alphonse-Marie-Adolphe de Neuville

Vers 22h00, les combats cessent pour la nuit après des corps-à-corps sanglants à Saint-Privat. Les hommes se sont même battus dans le petit cimetière du village qui entourait l’église en flammes.

 

Lexique

République
Rimbaud les a sûrement entendus de près ces canons car Charleville, sa ville natale, est située à seulement 22 km à l’ouest de Sedan, là même où l’armée française dirigée par le dernier empereur français Napoléon III dut capituler devant les Prussiens le 2 septembre 1870. Suite à cette douloureuse défaite, la France devint République pour la 3e fois. Désormais, le titre de chef de l’État français ne serait plus héréditaire mais soumis au suffrage populaire dans le cadre d’élections. Ce sont là de gros bouleversements dans un pays et dans l’esprit de ses habitants. De quoi alimenter bien des poèmes.

 

Bibliographie